Blog

17 Jan 2019

Le choisir pour elles

Pensée # 55

Le choisir pour elles

La paix intérieure l’avait abandonné depuis peu.
L’incertitude prit sa place avec insistance et obligea Carla à se poser les bonnes questions.
Son cœur déchiré n’avait de répit et ne battait plus normalement. Une sorte de lourdeur dans la poitrine du matin jusqu’au soir l’empêchait de s’épanouir comme elle l’aurait souhaité.
C’était assez perturbant, je l’avoue. J’imaginais alors une balance ancienne : d’un côté la sécurité et l’amour, de l’autre, la folie douce et le romantisme. 
Évidemment, elle aurait choisi les deux si elle le pouvait, mais sur cette terre, dans ce millénaire, nous n’avons droit qu’à un seul partenaire. C’est bien regrettable, pensa Carla, mais il en est ainsi ! 
En posant une à une, chacune des qualités sur les deux plateaux de la balance, elle s’aperçut rapidement que l’équivalence faisait égalité. 
Sur la table de verre, était posé près de la main de Carla, un dernier poids. 
Il n’était pas des moindres puisqu’il était le plus lourd et le plus décisif de tous.
C’est lui et lui seul qui allait faire bascule l’aiguille du bon côté.
Trop affairée à chercher lequel des deux prétendants comblerait le reste de sa vie, Carla oublia un instant que ce dernier poids faisait partie d’elle et qu’en aucun cas on ne pouvait l’en dissocier !
Elle l’appelle maman. Elles ont le même regard espiègle, le même sourire et une joie de vivre renversante.
L’amour mère-fille forme une union indissoluble. Il est pur, intense, immensément puissant. 
Le même sang coule dans leurs veines, et Carla sait pertinemment qu’un jour prochain, son unique enfant volera de ses propres ailes vers des horizons lointains.
Carla mît alors le poids le plus précieux de sa vie dans le creux de sa main, le sous pesa, et puis après une longue et interminable réflexion, elle prit la décision de le déposer du côté où elle pourrait partager les plus belles années avec sa fille mais aussi avec celui qui accepterait leur duo. Cet homme, choisi pour elles, savait qu’il s’engageait à les faire vibrer ensemble. Il en fût ravi ! 
Grace à lui, elles allaient goûter aux choses les plus essentielles à une existence stable car le temps leur était compté. 
Carla avait finalement choisi d’offrir à elle et à son enfant, une belle vie riche afin que le jour où elle lui lâcherait la main pour s’envoler, les souvenirs d’une enfance heureuse feraient d’elle, une femme épanouie.

08 Jan 2019

La petite coiffeuse deviendra grande

Pensée # 54

La petite coiffeuse de quartier deviendra grande

Elle s’ennuyait dans le salon étriqué d’une ville démodée et rêvait d’un ailleurs, loin, très loin d’ici.
Un beau matin, essoufflée, elle emballa ses affaires, prit son mari et ses trois enfants sous le bras et s’envola pour le grand froid. 
Le premier pied posé sur cette terre inconnue restera gravé dans sa mémoire à jamais. 
Comme dans la vie de chacun, des hauts et des bas embrumaient son esprit mais jamais elle ne douta. C’était ici et nulle part ailleurs que son destin allait se jouer. Cette mère, à l’instinct très développé, savait au plus profond d’elle que quelque chose de merveilleux allait arriver. 
Il lui suffisait juste de garder le cap et de patienter sans oublier de travailler d’arrache-pied. 
C’est ce qu’elle fît durant des mois entiers jusqu’à ce jour béni.
Repérée grâce à ses talents de coloriste, elle prit la pose devant l’objectif d’un photographe professionnel.
A peine au début du chemin, la petite coiffeuse n’a pas oublié d’où elle venait. Il n’est pas de son caractère de se retourner pour regarder en arrière ainsi, porter par la fierté de sa fulgurante ascension, le regret de son exil n’avait de place. 
Cette pensée est un hommage à la jolie Julie...

01 Jan 2019

Très belle année

J’ai rencontré la nouvelle année en ouvrant une porte sur le futur. 
Elle m’attendait les bras ouverts, je n’ai pas pu résister. Je l’ai enlacé sans arrière pensée. 
Tout contre elle, j’ai senti l’amour, le bonheur, la réussite et la santé. 
J’ai fait un choix : celui de ne pas refermer cette porte pour vous en faire profiter. 
Très belle année.

Justine César

31 Dec 2018

Si nous écrivions chacun ...

Pense # 53

Si nous écrivions chacun notre histoire dans un livre?

Le titre serait Année 2019
Personne ne l’a encore écrit. 365 feuilles blanches sont à noircir. Petit conseil pour qu’il soit parfait: 
-Il devra comporter douze chapitres fractionnés en une trentaine de petites histoires. 
-Chaque page devra se décliner en différentes émotions. 
Mettez y un soupçon de résolution, une pointe de tristesse, mais pas plus !
-Enrichissez le avec beaucoup de souvenirs heureux, n’hésitez pas à lui donner un caractère paisible, vous verrez, il sera plus facile à supporter. Afin d’être en bonne santé, entrecoupez les paragraphes de mots d’amour, votre cœur va adorer ! 
S’il est à votre goût, je souhaite qu’il vous rapporte quelques beaux billets, mais surtout qu’il vous apporte tout le bonheur que vous méritez.

Justine César

28 Dec 2018

Le dernier du calendrier de l’avent

Tout est dit en image

30 Nov 2018

Calendrier de l'avent des pensées de Justine César

C’est un calendrier de l’avent un peu spécial. 
Chaque matin une pensée sera délivrée.
Le NOIR dominera le chiffre du jour.
Un texte en cachera un autre. Écrite en ROUGE, une suite de mots formera une pensée à découvrir le dernier jour.

27 Nov 2018

la fille qui n'aime pas l'hiver

Pensée #52

La fille qui n’aime pas l’hiver

Les couleurs de l’automne sont en train de disparaître. La saison prochaine sera là d’un jour à l’autre. 
La fille qui n’aime pas l’hiver attend néanmoins son arrivée avec impatience. 
Alors que la date officielle du changement de saison approche, chaque matin, elle vient parler à l’unique arbre planté dans son jardin. Elle chuchote, lui dit qu’il va avoir froid et qu’elle en est désolée. A son pied, elle va le protéger de paille et de pierre sans autre artifice. Il devra subir des températures négatives, affronter le vent glacial, la pluie, le givre et même la neige. Il est possible qu’une ou deux branches soient brisées et même plus encore! 
Il sera seul au milieu du jardin, personne ne viendra s’appuyer contre son tronc pour faire une sieste ou lire un bon livre. Dénué d’ombre, il ne sera alors d’aucune utilité. 
La fille qui n’aime pas l’hiver explique à son arbre favori, qu’il est dans l’ordre des choses de passer par des moments difficiles. C’est un passage obligatoire avant de voir arriver les beaux jours. 
C’est ainsi qu’aux levées des matins d’automne, elle sort devant sa porte, s’approche de son jeune bouleau jauni et lui détache délicatement une à une ses feuilles mortes. En l’effeuillant elle même, elle s’imagine pouvoir provoquer l’arrivée de l’hiver. Cette anticipation est certes superflue mais salutaire à ses yeux.

Ça y est, le 21 décembre est là! 
L’arbre reste planté là, nu et maigre. 
Alléguant son absence durant les trois mois à venir, la fille qui n’aime pas l’hiver rentre chez elle pour n’ en ressortir qu’à la saison prochaine. Elle ne met jamais le nez dehors en cette saison et reste de longues journées devant sa fenêtre à observer son arbre adoré. 
Seul dans ce jardin triste et sans fleur, il donne l’impression d’être vulnérable. Il est encore jeune, mais grâce aux violentes intempéries de l’hiver, il va apprendre à supporter sans en avoir vraiment le choix. S’il tient le coup coup, il va grandir un peu plus, devenir plus beau, plus fort, et la saison prochaine, ses bourgeons écloront, de nouvelles feuilles apparaîtront pour offrir une ombre encore plus étendue. La fille qui n’aime pas l’hiver s’allongera alors sous ses branches dans l’herbe fraîche et lui racontera ses longues journées d’ennui à l’entendre. 
Sans nul doute, si l’arbre avait pu parler, il aurai eu beaucoup plus de choses intéressantes a raconter. Entre bourrasques et gelées, il a malgré tout, vécu ce qu’il devait vivre.

15 Nov 2018

Article de presse

Un article dans un journal est toujours un belle publicité. J’ai offert mon livre à cette femme qui a su résumer à merveille mon témoignage. 

12 Nov 2018

La tolerance

Pensée # 51

La tolérance

Sais tu ce que cela veut dire? 
Accepter l’autre tel qu’il est, accepter cette différence. 
Il n’a pas la même de couleur de peau que toi, sa coupe de cheveux te dérange, ses chaussures ne portent pas le nom d’une marque en vogue en ce moment, son téléphone est l’ancien modèle, et en plus il n’a pas le forfait 4G. 
Il est différent, c’est ça hein? Mais différent de quoi? De qui? De toi? 
Toi qui as la dernière paire de baskets à la mode? Qui a une coupe de cheveux similaire à la plupart des autres garçons de ton collège ? 
Toi qui montre à tous que tu as saigné tes parents pour qu’ils t’achètent le dernier iPhone? Et dire qu’ils pensent ne pas perdre l’amour que tu leur portes en claquant des sommes folles! 
Tu sais que ta « popularité » dépend de toutes ces choses futiles. 
Tolérer la différence d’une autre personne ne fait pas encore partie de ton langage. 
Toi tu es Mieux . Enfin tu en es persuadé ! 
Et puis ton clan te proclame roi des plus populaires du collège. Ah!! Quel titre suprême ! Bravo jeune homme! Mais je ne te félicite pas pour autant.

Oublies qui tu es et sors de ton moule un instant. 
Pense à celui qui ne veut pas te ressembler tout simplement parce qu’il a déjà commencé avant toi, à forger sa propre personnalité. 
Il subi tes moqueries et celles de ton groupe, il supporte vos ricanements dans son dos. Il est souvent évincé et se retrouve seul dans la cour. Pourtant, il reste lui même. C’est là sa force. Elle est grande, crois moi, mais tu ne peux la voir car tu trop occupé à le détruire en lui balançant des paroles blessantes. 
Alors il encaisse et se tait. Il sait lequel des deux est le plus intelligent.

J’ai une question pour toi, j’aimerais que tu prennes quelques secondes pour y réfléchir. 
Veux tu devenir encore plus populaire ?

Alors tolère le et accepte sa différence. 
Car c’est ce qui fera de toi un mec apprécié non pas par ton iPhone ou ta nouvelle coupe de cheveux, mais par ta capacité à évoluer dans un monde où la différence existe.

Oscar Wilde a écrit: 
Reste toi même, les autres sont déjà pris.

Pour l’instant les autres c’est Toi.

02 Nov 2018

Cinquante

Pensée #50

On dit cinquante - cinquante, non?

Souvent la moitié ne nous suffit pas, il nous semble alors nécessaire de prendre l’autre pour nous sentir entier. 
Il est vrai que ne posséder que la moitié serait considéré comme un demi désir, nous nous en contentons parfois, mais pas dans ce cas là et pas pour moi. J’ai encore besoin de toi. 
50 années ne sont que la moitié de ton existence ô combien comblée par tout ces moments marquants de ta vie. 
Et quelle demi vie tu as eu!!! 
Il t’en reste une autre demi, me voilà rassuré !

J’avais envie de te dire ceci en ce jour très spécial :

Assis sur les bancs de l’école, voilà bien longtemps, une amitié naissait. Complices de nos actes, témoins de nos échecs, nos coudes serrés nous ont aidés à avancer sans jugement. Chacun de notre côté, une traversée du désert nous a éloignée pour mieux nous retrouver. Comme on bâtit une maison, j’ai choisi de construire ma vie avec des matériaux solides afin qu’elle puisse durer jusqu’à la fin. 
Mon Ami, tu es un des piliers les plus importants de mon édifice, tu as même la plus grande utilité. Je connaissais ta capacité a supporter le poids des années sur tes épaules et aujourd’hui encore tu prouves ta solidité, ta fiabilité. 
Je lève mon verre à notre amitié et à tes 50 ans!

track